Il est tout à fait exact que le lien entre certains patients et leur analyste se renforce au point qu’ils peuvent en devenir dépendants. C’est l’un des effets de ce qu’on appelle « le transfert ». Il s’agit d’un déplacement provisoire sur la personne de l’analyste du précédent attachement de la névrose, mais dans le but de son élaboration. L’un des buts de la cure est justement l’analyse de cette relation « de laboratoire » et la cessation de cette dépendance. Ce phénomène n’est pas le propre de la psychanalyse, on rencontre aussi en médecine ou dans l’importe quelle psychothérapie. Simplement la psychanalyse prend en compte ce phénomène et en fait une des particularités de la cure.

24 questions sur la psychanalyse

Comment se passe une analyse ?

Le monde a changé et la psychanalyse aussi. Ce que l’on appelle le cadre, c’est-à-dire les caractéristiques pratiques de la cure analytique ont évolué. Le cadre est essentiel, mais ce…

Comment s’arrête une analyse ?

Il n’y a pas de norme dans l’analyse et donc pas de cure type. Jung prétend qu’il y a autant de types d’analyses que de patients, mais disons que pour…